Lors de sa première séance de l’année, le conseil d’administration a adopté une politique de versement d’un per diem aux administrateurs élus, excluant le président, pour leur participation aux séances du CA et du CE. De moins en moins d’organisations acceptent de libérer un employé afin qu’il s’investisse comme membre d'un conseil d'administration. Les intéressés doivent donc utiliser bien souvent leurs vacances ou temps accumulé. Alors que les emplois sont de plus en plus exigeants et que tous cherchent à maximiser leur emploi du temps, il apparaît nécessaire de compenser celles et ceux qui acceptent de contribuer aux affaires de notre ordre professionnel. Cette compensation ne couvre certes pas la totalité du temps investi, puisqu’un administrateur, en dehors des séances du conseil, doit prendre connaissance des dossiers et donner des avis sur de nombreux dossiers, mais elle constitue une marque de reconnaissance appréciée, j’en suis sûr.

Notons que le versement d'un per diem est en vigueur dans la plupart des autres ordres et dans de nombreux CA. De plus, les administrateurs nommés par l’Office des professions du Québec bénéficient déjà d’une telle compensation versée par l’OPQ. Il apparaissait donc équitable de mettre en place une telle mesure. La politique adoptée pour les administrateurs élus est équivalente à celle de l’OPQ pour les administrateurs nommés.